Comprendre le principe des cotes

Si vous n’avez jamais parié de votre vie, comprendre le fonctionnement des paris d’argent peut se révéler quelque peu complexe. Le principe fondamental à comprendre pour les paris est celui de la côte. Pour un pari, une côte représente la probabilité d’un résultat et, à fortiori, les gains potentiels si vous misez dessus avec succès, votre mise étant multipliée par la côte. Une côte élevée signifie alors un gain élevé, mais aussi une probabilité estimée de victoire plus basse. Une côte plus basse va au contraire signifier un gain plus bas, mais plus certain.

Un exemple concret : le PSG joue contre Bordeaux. La côte pour une victoire du PSG est de 1,3, celle pour Bordeaux est de 5, et celle du match nul est de 4. Si vous misez 10€ sur Bordeaux et que l’équipe gagne, vous toucherez alors 5×10, donc 50€. Pour obtenir vos gains finaux, il faudra alors soustraire votre mise de départ aux 50€ pour un gain net de 10€.

La côte la plus basse possible est donc de 1,01 : elle représente un gain quasi-nul et donc un résultat quasiment certain, comme lorsqu’une équipe ou un joueur de classe mondiale affronte un adversaire extrêmement moins bien classé, ou qu’une partie est quasiment gagnée de manière décisive pour des paris en direct. Il n’existe théoriquement pas de côte maximale, car elles peuvent être très élevées pour des résultats quasiment impossibles (comme, par exemple, un quadruplé du gardien pour un match de foot).

Il faut également distinguer les côtes fixes des côtes mutuelles. Les premières n’évoluent pas après que vous ayez parié : si vous avez misé avec une côte de 4, votre mise sera bien multipliée par 4 si vous gagnez. La côte est fixée par les traders des instances de paris, en étudiant les parcours des équipes impliquées et les différentes circonstances de l’événement. Le système à côtes fixes, où les joueurs jouent contre le bookmaker, est le seul appliqué en France. Le système à côtes mutuelles voit les côtes fluctuer constamment, en fonction des paris des joueurs. C’est-à-dire que la côte en vigueur quand vous misez n’est pas pertinente pour votre potentielle victoire, car elle aura beaucoup changé d’ici là. Dans ce système, vous jouez contre les autres joueurs plutôt que contre le bookmaker, qui n’a alors pas intérêt à vous donner de mauvaises côtes. Malgré ça, le système à côte mutuelles, très décrié, ne s’est pas installé en France : il a en effet la conséquence de n’avoir aucune certitude de gain pour votre mise. La côte au moment de la mise pourra par exemple avoir été réduite de 80% d’ici le moment du match : on comprend la frustration.

Pour parier dans le système français, il vous faut donc chercher la meilleure côte pour le match sur lequel vous voulez miser. Il faut donc alors comparer les sites et les matchs individuellement pour voir le meilleur gain possible avec votre argent.

Comments are closed.